A.N.O.

  Association Nationale d'Oenographilie

Les vins de Savoie

 

 

 

 

 

                                    Les Vins de Savoie

 

 

 

 

Savoie, Haute-Savoie : deux départements réputés, pour leurs cimes, leur neige, les sports liés à l'altitude. Si la vigne ne va tout de même pas jusqu'à pousser au pied des tire-fesses, elle est ici bien présente, accrochée aux pentes les plus protégées et ensoleillées, surplombant les lacs et les rivières. Mieux encore, la multiplicité des terrains et la variété des cépages conduisent à des vins de toutes sortes : blancs, rouges, perlants et mousseux.

Les blancs sont dominants, progressant tous les ans au rythme des plantations nouvelles : ils représentent près des trois quarts de la production actuelle. Sur les aires délimitées, la vigne couvre environ 1200 hectares.

                                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UNE VIEILLE HISTOIRE

 

Cela débute comme dans les meilleurs contes... Il était une fois l'antique Sabautia habitée par les Allobroges, tribu d'irréductibles - mais pouvait-il en être autrement chez les Gaulois ? Déjà la vigne et le vin faisaient l'objet d'un culte. Plus tard, les vins de montagne au goût de résine seront très en vogue à Rome.

Bien que fort prisés dès 1050 pour réconforter et mettre en liesse les bons moines de l'abbaye de Cluny, ce n'est qu'en 1766 que le directeur de l'Ecole impériale de la Saulnais use, dans un rapport, de la dénomination "vins de Savoie".

Reconnus V.D.Q.S. en 1945, les vins de Savoie passent en A.O.C. en 1972.

 

LES CÉPAGES

 

L'histoire de la Savoie, longtemps coupée des influences françaises, et l'isolement inhérent à toute zone montagnarde, expliquent ici la présence de cépages locaux traditionnels.

En blanc, la jacquère, cépage rustique adapté aux climats rudes, majoritaire en Savoie et en Haute-Savoie.

L'Altesse, dont la légende veut qu'elle ait été ramenée de Chypre lors des croisades par un duc de Savoie, est le plant - peu productif - des Roussettes.

Le chasselas, dit aussi "fendant" de Suisse, cépage précoce et résistant, est planté près du lac Léman.

D'autres cépages, plus confidentiels, sont cultivés sur de petites surfaces : il en est ainsi de deux cépages bourguignons, le chardonnay et l'alligoté, mais aussi de la molette, de la mondeuse blanche ou "roussette d'Ayze", du gringet et de la roussanne.

Les rouges sont - presque - aussi divers : à côté du fin pinot noir de Bourgogne et du gamay noir à jus blanc du Beaujolais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES APPELLATIONS

 

La diversité des vins de Savoie doit beaucoup au cloisonnement naturel du paysage montagnard. En forme d'arc de cercle, le ruban de vignobles éclate en plus de dix îlots, de Ripaille au nord, jusqu'à Montmélian au sud. Depuis le décret du 4 septembre 1973, les appellations sur la région appartiennent soit à l'appellation Vin de Savoie ou Roussette de Savoie, soit aux appellations de crus, Seyssel et Crépy. Au départ, seuls ces deux derniers vignobles avaient accédé au titre d'A.O.C.

 

Vins de Savoie

 

L'appellation Vin de Savoie s'applique aux vins tranquilles blancs, réalisés à partir du cépage local, la jacquère, ou, pour certains crus, du chasselas ou de la roussanne, mais aussi à des vins pétillants ou mousseux. Les rouges de Savoie bénéficient également de l'appellation Vin de Savoie.

 

Abymes et Apremont sont parmi les plus prestigieux et les plus fins crus de la savoie, et certainement les plus connus. Sur le versant sud de la combe de Chambéry, depuis Saint-Baldoph jusqu'à Chapareillan, le vignoble est ancien. Depuis toujours, le cépage semble être resté le même : la rustique jacquère. Tout aussi traditionnellement, les vins de type perlant sont conservés "sur lies".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chignin, Montmélian, Bergeron, Cruet, Saint-Jeoire-Prieuré. On trouve, au sud-est de Chambéry, un certain nombre de crus correspondant aux diverses communes avoisinantes.

Le Chignin et le Montmélian, à base de jacquère, sont parmi les blancs les plus caractéristiques.

Issu de la roussanne, le chignin-Bergeron est sans doute l'un des meilleurs vins blancs de Savoie, mais malheureusement trop rare.

 

Ripaille et Marignan. Souvenir d'une période faste pour la maison de Savoie, le château de Ripaille surplombe le lac Léman dont les rives sont terres d'élection pour le chasselas. Ici, les vins sont secs, perlants ou tranquilles.

 

Ayze. Le cru est à l'origine de vins blancs pétillants ou mousseux issus de la méthode locale de fermentation "spontanée" en bouteilles. L'Ayze est très sec et extrêmement léger.

 

Chautagne. Le vin de Chautagne coule sur la rive nord-est du lac du Bourget. Sur cette terre à vins rouges, le gamay est dominant.

 

Arbin, Saint-Jean-de-la-Porte. L'histoire veut que cette combe, sur la rive droite de l'Isère, ait vu naître la mondeuse, ce cépage rouge si savoyard, qui donne des vins francs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Roussettes de Savoie

 

L'appellation Roussette de Savoie est attachée aux vins produits à base d'altesse.

 

Frangy. Sous l'appellation Roussette de Frangy, le cépage exclusif altesse qui, rappelons-le, serait originaire de l'île de Chypre, s'est bien adapté aux flancs de la vallée des Usses.

 

Marestel, Monthoux et Monterminod. Ces appellations sur la rive gauche du rhône au nord de Chambéry, sont installées sur les contreforts du mont du Chat et de la Charvaz, à l'abri des vents froids.

Sont également produits, sur ces terres, des blancs de jacquère ou de chardonnay, ainsi que des rouges de deux sortes. Près de Montmélian, le vignoble de Monterminod est également réputé pour sa roussette.

 

Crépy et Seyssel

 

Les vignobles de Crépy et Seyssel ont été les deux premières A.O.C. de Savoie.

 

Crépy. A.O.C. depuis 1948, le vin de Crépy a une longue histoire puisque le cartulaire contenant le titre de popriété de l'abbaye de Notre-Dame-de-Filly évoque déjà les fameux coteaux qui l'engendrent : tout juste des boursouflures sur la rive sud du lac Léman, entre Thonon-les-Bains et Genève, constituant les derniers contreforts alpins.

 

Seyssel. Tranquilles ou mousseux, voilà certainement deux des meilleurs vins blancs de Savoie. L'A.O.C. leur a été reconnue tôt pour la région, par décret du 11 février 1942. C'est au XIIe siècle, en 1145 précisément, qu'il est fait officiellement mention, pour la première fois, de la vigne à Seyssel.

Le vignoble morcelé, couvre 73 hectares environ ; il s'étend sur les collines des deux rives du Rhône, à quelques encablures à peine de la Suisse.

 


 

 

 

 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

Les vins du Bugey

 

"C'est tout aussi bon qu'en Savoie", en beaucoup moins connu. Dans cette région de l'Ain, constituée par la pointe sud du massif jurassien, le vignoble apparaît dispersé, les vignes recherchant la meilleure exposition, à la base du relief.

Aujourd'hui, cinq types de vins coexistent. Ils sont tous V.D.Q.S. depuis l'arrêté du 11 juillet 1958 et maintenant A.O.C. depuis l'arrêté du 20 octobre 2009, bien que proches des A.O.C. de Savoie, au moins pour les cépages qui les composent. Mentionnons les vins rouges et rosés du Bugey, issus du gamay ou du pinot ; la mondeuse est aujourd'hui confidentielle.

Le Cerdon rosé, pétillant ou mousseux, à base de poulsard et de gamay.

Les vins blancs du Bugey, produits de Chardonnay, d'altesse, d'aligoté et de jacquère.

Les Roussettes du Bugey, assemblages de chardonnay et d'altesse.

Les mousseux ou pétillants du Bugey, à base de jacquère ou de molette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DIVERSES ÉTIQUETTES DE VINS DE SAVOIE